Partager cet article

Le muscle

Anatomie du muscle

Coupes transversales d'un muscle.

Coupes transversales d’un muscle.
Cliquez sur l’image pour agrandir l’image.

Le tissu d’un muscle est constitué de fibres musculaires (ou myocytes). Les fibres elles-mêmes se composent de myofibrilles, qui se composent à leur tour de myofilaments.

Ces filaments sont de deux types : les uns, fins, sont faits d’actine ; les autres, épais, sont composés de myosine. C’est grâce à leur interaction que la contraction musculaire s’effectue et permet de fournir un travail mécanique. Ainsi, les muscles permettent par exemple le maintien de la posture, la préhension, la ventilation pulmonaire, la circulation sanguine, la progression des aliments ou le remplissage de la vessie.

Il existe trois types de tissu musculaire : le muscle squelettique, le muscle cardiaque et le muscle lisse.

Les types de muscles

Muscle cardiaque

Également appelé myocarde, il a une structure proche de celle des muscles striés, mais ses contractions sont autonomes et involontaires : elles propulsent la masse sanguine à travers l’appareil cardiocirculatoire.

Muscle lisse

Également appelés muscles blancs, ils sont présents dans la paroi de nombreux organes (utérus, intestin, bronches, vésicule, vaisseaux sanguins, etc.). Leur contraction, bien que semblable à celle des muscles striés, est involontaire, autonome ou assurée par le système nerveux végétatif, qui n’est pas sous le contrôle direct de la conscience.

Muscle striée

fibre musculaireÉgalement appelés muscles rouges ou muscles squelettiques, ils unissent les os et permettent la mobilité. Leur contraction est volontaire, soumise au contrôle cérébral : chaque fibre musculaire est connectée à une terminaison nerveuse qui reçoit les ordres en provenance du cerveau. Ces muscles sont constamment maintenus dans un état de contraction modérée : le tonus musculaire.

On classe les muscles squelettiques en fonction de leur mode d’action. Un muscle est dit agoniste lorsque son action s’exerce dans le sens du mouvement, antagoniste dans le cas contraire. Un muscle extenseur « ouvre » une articulation ; un muscle fléchisseur la « referme ». Un muscle adducteur ramène un membre vers l’axe central du corps ; un abducteur l’en éloigne. Les muscles qui permettent la mobilité d’une région du corps (main, pied) sont appelés muscles intrinsèques lorsqu’ils sont situés dans cette région, muscles extrinsèques lorsqu’ils sont situés dans une autre région du corps (avant-bras, jambe).

4 Commentaires

  1. Virginie Brossard

    Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

    Répondre
  2. dj 93

    Un très bon article et très intéressant, vraiment bien je ne vais pas hésiter à le recommander. Bonne continuation, Rudy.

    Répondre
  3. installation pc

    Une véritable mine d’or cette article. Excellent je recommande ! Bonne continuation. Cordialement.

    Répondre
    1. citrage (Auteur de l'article)

      Merci pour ces commentaires encourageants.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *