Partager cet article

Vieillir en Union Européenne

télécharger en pdf (263 K0)

europe pharma euro

    Depuis plusieurs décennies, l’espérance de vie en Europe ne cesse d’augmenter. Néanmoins, de réelles inégalités persistent entre les pays en matière de prévention, de prise en charge, d’accès aux soins et de qualité de ces soins.

     En effet, dans certains pays, de nombreux décès prématurés sont les conséquences de politiques de santé inadaptées auxquelles s’ajoutent des risques médicaux liés aux conditions environnementales et aux modes de vie. Plusieurs facteurs comme l’obésité ou encore le tabagisme sont omniprésents et entraînent des complications médicales partout en Europe.

     La plupart des pays Européens ont établi une couverture quasi-universelle des  coûts pour un ensemble de services médicaux de base. Cependant, le problème d’accès aux soins ne se résume pas simplement à l’aspect financier mais également à la diversification et au nombre de professionnels de santé disponibles sur les territoires dans le besoin. En Union Européenne, le nombre de médecins spécialistes a fortement augmenté depuis 2000. Cependant, on y trouve un nombre insuffisant de médecins généralistes, et particulièrement dans certaines régions géographiquement reculées.

     D’un point de vue politique, de nombreux états ont veillés à augmenter leurs dépenses de santé pour pallier ses problèmes d’inégalités et d’accès aux soins. En 2005, ces dépenses représentaient seulement 8,7% du PIB dans l’ensemble de l’UE, contre 9,9% en 2015. Cette part du PIB investie dans les dépenses de santé ne devrait qu’augmenter, en raison du vieillissement de la population.

     En France, les dépenses de santé représentaient 11,5% du PIB en 2014. Des chiffres significatifs qui peuvent paraître satisfaisants. Cependant, ses dépenses en termes de prévention ne représentent que 2% du total des dépenses de santé, ce qui est inférieur à la moyenne dans les pays de l’UE qui demeure très basse (3%).

     Cette insuffisance en matière de prévention s’observe directement au mode de vie des européens : malbouffe, sédentarité, tabagisme et consommation excessive d’alcool engendrent des dépenses importantes en matière de santé pour traiter les complications liées à ce mode de vie. Une prévention en amont pourrait permettre de réduire ces coûts.

Source : http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/social-issues-migration-health/health-at-a-glance-europe-2016/summary/french_3601e5d1-fr#.WGOATVPhCpo#page2

http://www.oecd.org/fr/sante/systemes-sante/Health-at-a-Glance-EUROPE-2016-Note-FRANCE.pdf

Image : «flag-1198978_640 », mise à disposition selon les termes de la licence Pixabay.

1 Commentaire

  1. Clotilde

    Super article, très intéressant !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *