75 % des personnes de plus de 65 ans souffrant de dénutrition n’ont jamais été diagnostiquées !

télécharger en pdf (328 K0)


Les auteurs de cette étude réalisée aux Etats-Unis ont recherché la présence d’une dénutrition ou du risque de dénutrition chez 138 personnes âgées de plus de 65 ans, admises aux urgences, non gravement malades et non démentes.

Rappelons que la dénutrition correspond à un apport insuffisant de calories, de protéines ou d’autres nutriments nécessaires à l’entretien et à la réparation tissulaire, engendrant un changement mesurable des fonctions et/ou de la composition corporelle.

La dénutrition ou le risque d’être dénutri, évalués par la version courte du MNA, touchait respectivement 16 % (soit 22) et 60 % (soit 83) des patients. Ces 138 personnes ayant accès aux soins (96 % avaient un médecin généraliste et une assurance maladie), ne présentant pas de maladie grave et n’étant pas démentes, ces résultats alarmants indiquent que la dénutrition n’est pas diagnostiquée par les médecins généralistes. En effet, sur les 22 personnes âgées dénutries, seules 5 ont été identifiées comme dénutries avant leur admission aux urgences et plus des trois quarts n’ont donc jamais fait l’objet d’un diagnostic de dénutrition.

Les résultats de cette étude indiquent également que la prévalence de la dénutrition était plus élevée chez les patients présentant des symptômes de dépression (52%), les patients en perte d’autonomie (50%), ceux qui avaient des difficultés à manger (38%) et ceux qui avaient des problèmes de mobilité (33%), c’est-à-dire chez les patients fragiles. Par ailleurs, il a aussi été observé que la difficulté à s’alimenter était principalement liée à des problèmes de prothèses dentaires, à des douleurs dentaires, à l’absence de certaines dents, à une difficulté à avaler.

Cette étude montre donc que la surveillance nutritionnelle des personnes de plus de 65 ans est très largement insuffisante aux Etats-Unis. Sachant qu’en France la prévalence de la dénutrition des personnes âgées hospitalisées peut atteindre 60 %, il ne serait pas surprenant que des résultats similaires soient obtenus en transposant cette étude en France. C’est pourquoi il est essentiel de sensibiliser les médecins généralistes au dépistage et à la prise en charge de la dénutrition, et ce dès 55 ans, tout comme il est recommandé, par l’académie nationale de médecine, de rechercher également les signes d’une fragilité et d’une sarcopénie.

Source: Malnutrition Among Cognitively Intact, Non-Critically Ill Older Adults in the Emergency Department, The Annals of Emergency Medicine, août 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *